stopcpe

samedi, avril 08, 2006

Communiqué de presse de la CPU:
Réussir à, et réussir par l'université

Le diagnostic présenté au Premier Ministre par la CPU le 17 mars était
malheureusement le bon. Les risques graves que nous avions annoncés se
sont concrétisés. La situation se dégrade encore: elle est
inacceptable. Le mouvement dépasse largement la question initiale du
CPE. Il exprime une inquiétude générale par rapport à la société
française dans son ensemble et sa cohésion intergénérationnelle. Dans
ce contexte, les universités se sentent prises en otage et
sacrifiées. Le désarroi des étudiants est réel et profond, en
particulier quant aux conditions de leurs réussites universitaire et
professionnelle.
Il faut rapidement mettre fin aux violences et aux situations de
non-droit qui se sont installées. Ceci relève de la responsabilité de
tous les acteurs, en particulier du gouvernement qui doit prononcer
les mots nécessaires.
L'intérêt des étudiants commande que les universités veillent à
assurer les contenus des formations. Elles ne délivreront pas des
diplômes au rabais !
Pour cela il faut:
-organiser des cours de rattrapage et décaler les examens
-appeler la communauté universitaire à reprendre ses missions
lundi prochain afin de garantir les examens et diplômes.
Parallèlement un grand débat doit se mettre en place sur "réussir à,
et réussir par l'université". Ce débat inclut les questions
d'insertion professionnelle mais ne s'y limite pas. Il doit permettre
de définir un projet ambitieux pour les universités françaises."


Social-éducation-CPE-emploi-jeunes-manifestation,LEAD
Nouvelle journée d'action anti-CPE le 11 avril

PARIS, 7 avr 2006 (AFP) - Une nouvelle journée d'action contre le
CPE est prévue mardi 11 avril avec manifestations dans les grandes
villes et actions "coup de poing", suivant le calendrier arrêté le 2
avril par les organisations étudiantes et lycéennes, a-t-on appris
vendredi auprès de l'Unef.
"Nous la préparons activement car il faut maintenir la pression malgré
les vacances de printemps qui auront commencé", a déclaré à l'AFP un
responsable du syndicat étudiant meneur de la lutte anti-CPE.
L'appel avait été lancé dimanche 2 avril par la Coordination national
lycéenne et étudiante réunie à Villeneuve-d'Ascq (Nord), deux jours
avant la grande journée interprofessionnelle qui a vu plus d'un
million de manifestants à travers la France.
L'Unef et les lycéens de l'UNL et de la FIDL s'y étaient immédiatement
ralliés et le syndicat étudiant avait demandé à l'Intersyndicale des
"douze" d'y apporter son soutien.
Mercredi, lors d'une réunion de cette intersyndicale (CGT, CFDT, FO,
CFE-CGC, CFTC, FSU, Unsa, Solidaires, Unef, CE, Fidl, UNL) avant le
début des rencontres avec les parlementaires UMP, les syndicats
avaient de nouveau apporté leur soutien à la journée d'action du 11
avril.
Toutefois, il semble que, comme pour les autres journées "jeunes"
décidées par la Coordination, les adultes ne formeront qu'une force
d'appoint aux défilés. D'autre part, les actions coup de poing
(blocages de routes, de gares...) pourraient primer sur les cortèges
organisés, selon l'Unef.

vendredi, avril 07, 2006

AGENDA 9/04 au 19/04


Le Collectif 93 Solidarite sans papiers appelle à une
opération Coup de poing Samedi 8 avril : RDV 12h à la
Bourse du Travail de Saint-Denis


PREMIER PROGRAMME du 9/04 au 19/04 Paris 8

Envoyer un mail à info.paris08@gmail.com pour être
tenu au courant des actions, manifs, RDV, etc.

- Dimanche : 10h tracts appel manif mardi au marché de Saint Denis
(RDV devant le KFC)
- Lundi : 7h30 = tracts metro Université
12h = tracts restaurant inter-entreprises de St Denis,
14h = Conférence de Presse devant la fac
- Mardi : 7h30 = tracts metro Basilique
10h = RDV à Censier pour préparer la manif
14h = Manif dans Paris (RDV pas encore connu)
18h = AG de Paris 8 à Censier-Paris 3 (M° Censier Daubenton, Ligne 7)
- Jeudi : Journée d'action Nationale (à préciser par la coordination
nationale du week-end)
- samedi : 14h Kermesse festive avec animations et bar sur la Place
de la Mairie de Sr Denis
Aller sur paris.indymedia.org pour ce qui se
passe en ce moment et ce qui est dans l'air


Protestation contre la fermeture de l'Université de Paris 8
Faire circuler, imprimer, signer aux max de gens de Paris 8

Ici en pdf

Les personnels soussignés tiennent à faire part tout d’abord de leur
incompréhension quant à la fermeture de l’université à compter
du jeudi 6 avril 17 heures et aux conditions de cette fermeture.
Cette décision semble avoir été prise de façon totalement unilatérale,
sans concertation non seulement avec les instances de l’université
maispas plus avec leurs membres. Elle a été annoncée par mel
vers 17 heures avec exécution (évacuation) immédiate sans
qu’aucune personne n’ait pu prendre ses dispositions.
Cette fermeture s’effectue dans des conditions incompatibles
avec ce qu’est le fonctionnement normal de l’université.
L’impossibilité d’avoir accès aux locaux, non seulement pour les
étudiants mais aussi pour l’ensemble des personnels, la fermeture
de la bibliothèque sont en réalité intenables au vu des règles
de fonctionnement de l’université.
Par ailleurs, il faut rappeler que chacun des trois conseils
centraux de l’université ont pris position tout récemment contre
la fermeture de l’université.
En conséquence, les personnels soussignés expriment leur profond
désaccord avec cette décision de fermeture et des modalités de cette
prise de décision. Ils demandent à ce que les conditions de réouverture
soient réexaminées au plus vite en ce qui concerne la bibliothèque,
l’accès des personnels et le respect des conventions passées.




Déclaration de l’AG des étudiants, administratifs et enseignants de
l’université de Saint-Denis (Paris 8)


Jeudi 6 avril 2006, le président de l’université de Saint-Denis
a décidé de fermer l’université de manière totalement arbitraire
et unilatérale, conformément à ses méthodes de direction
habituelles.
Cette décision a été prise au mépris des délibérations du conseil
scientifique, du conseil de la vie universitaire et du conseil
d’administration qui s’étaient opposés en mars, de manière
préventive, à toute fermeture administrative de l’université.
Au mépris également du mouvement des étudiants, des personnels
administratifs et enseignants qui a conjugué en permanence
mobilisation et ouverture de l’université.
Aujourd’hui, cette décision prend sens au regard de la volonté du
gouvernement d’étouffer le mouvement contre la précarité par les
arrestations arbitraires, la fermeture des universités et des
lycées, le chantage à la validation des diplômes.
Cependant, contrairement à ce qu’espère le gouvernement, cette
répression ne parviendra pas à stopper le profond mouvement de
contestation de la précarité chez les jeunes et les salariés
des deux sexes.
Saint-Denis, salle de la Légion d’honneur,
le vendredi 7 avril 2006.

jeudi, avril 06, 2006


Il est 16h30 heures et Paris8 est en train d'etre évacué par les vigiles avec sirène d'évacuation
Le mail de la présidence vient de tomber après le passage des vigiles :
"A l’attention des membres de la communauté universitaire de
l’Université Paris 8,
A la suite de la première information diffusée ce jour et concernant
l’organisation pédagogique des rattrapages au mois de juin,
la Présidence décide les points d’organisation suivants :
L’Université sera fermée ce jeudi 6 avril 2006 à partir de 17 heures
jusqu’au lundi 24 avril au matin.
Cette mesure est impérative pour des raisons draconiennes de sécurité
et s’applique à toutes les catégories de personnels et d’usagers de l’Université.
Cette mesure vaut également pour la Bibliothèque Universitaire et
pour le « bocal » informatique."
signé La Présidence

Pour l'instant nous sommes toujours dans les locaux, on a 2 baguettes et un paquet de café pour tenir

Plein d'infos de FC
Plein d'infos jeudi soir
Ci-dessous :
une annonce - sans aucune concertation préalable avec qui que ce soit et
en tous les cas les membres des conseils centraux - de la fermture de
l'univ par la présidence.
Cette fermeture est une très mauvaise initiative. J'ai donc pris sur moi
de demander la réouverture à la présidence.
Vous trouverez ci-dessous :
le mel envoyé à 17 heures environ à la présidence, le message de la
présidence, u n mel envoyé préventivement.
Puis deux CR des Ag de ce matin.
Pour les absents de ce jour,
le blocage - dont je ne suis pas sûr de la pertinence mais c'est une
autre affaire - était très serein. Pas de tension, d'autant moins que
les gesn repartaient assez vite. Une "ébullition" dans le hall liée aux
multiples échanges et contacts entre profs et étudiants comme convenu
même si dans un lieu différent. L'intérieur de l'univ était plutôt
désert. Dès ce matin 10 heures, les portes du Bt D était cadenassée par
les services de sécurité et une seule porte était laissée ouverte. En
début d 'après midi, vers 14 h. 30, même opération pour les Bt B. Après,
je suis parti, alors que la circulation se faisait dans l'univ sans
guère de barrages réels, avec une remarquable fluidité.
Nous (en accord avec ceux que j'ai pu avoir au téléphone) vous proposons
de nous retrouver demain matin entre 9 heures et 9 heures trente pour
appuyer notre demande de réouverture de l'université.

François

Monsieur le Président,
nos mels se sont croisés. Je vous alertais sur les risques d'une
fermerture de l'université et m'appuyant sur des rumeurs que j'espérais
infondées.
Il s'avère qu'elles l'étaient.
Monsieur le Président, je vous demande de reconsidérer votre décision.
Il en est encore temps.
Je vous demande donc de bien vouloir lever la fermeture pour les
journées de vendredi et samedi et de conserver l'hypothèse de
l'ouverture de la bibliothèque pendant les vacances avant toute décision
définitive sur ce dernier point.
Pour être présent quotidiennement sur cette université depuis plusieurs
semaines, je puis attester que les problèmes de sécurité que vous
évoquez n'ont aucun rapport avec le mouvement anti-CPE. Paradoxalement,
le blocage décidé par les étudiants pour ce jour a plutôt été de nature
à "vider" l'université et ses locaux. De ce point de vue, la
tranquillité était évidente. Le blocage lui même, quoi que l'on pense de
son opportunité, n'a revêtu aucun caractère violent.
Comme je vous l'écrivais dans le mel précédent, les personnels notamment
enseignants ont pu, tant bien que mal, conserver le contact avec leurs
étudiants ou tout au moins une partie d'entre eux. Cela a par exemple
été mon cas ce jour, avec par exemple mes étudiants de master
professionnel deuxième année, come cela l'a été lundi avec des étudiants
de maîtrise ou encore hier soir avec mes étudiants du département
médittéranée-monde maghrébin. Je ne prétend pas laisser entendre que la
situation était normale mais elle correspond à celle d'une université en
"ébullition" où les échanges restaient possibles. La fermeture
adminsitrative de l'université rendrait ces situations impossibles.
Enfin, en tant qu'élu au CA, et en me souvenant de l'expérience de l'an
passé - dans un contexte bien différent mais dont on peut penser qu'il
était possible de tirer quelques enseignements - j'observe que cette
décision n' a donné lieu à aucune concertation préalable avec les élus
des conseils dont je peux attester de la présence dans les locaux au
cours de ces dernières journées.
Monsieur le Président, je vous demande encore une fois de revenir sur
votre décision, ce qui me semblerait une mesure de sagesse au regard de
la situation actuelle sur l'université.
Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l'expression de mes
salutations distinguées.
François Castaing
Monsieur le Président,
je vous contacte un peu en urgence suite à la situation d'aujourd'hui.
Les étudiants mobilisés ont décidé semble-t-il hier de procéder au
"blocage" de l'université ce matin. Une partie des personnels a
cependant pu tenir une assemblée générale et nombre d'enseignants,
quelle que soit leur position à l'égard de ce blocage ont pu soit dans
le hall, soit au fil des heures par des passages laissés en circulation
plus ou moins libre maintenir un contact avec leurs étudiants sous des
formes diverses.
A cette heure, il semble que de nombreux bâtiments sont en voie de
fermeture à l'initiative cette fois de "l'administration".
Au nom d'une partie de mes collègues - je ne saurais parler en leur nom
à tous - je voudrais vous faire part de notre inquiétude quant à la
journée de demain. Il nous semble qu'à la veille des vacances, la pire
des choses serait de procéder à la fermeture "administrative" de
l'université
- sans qu'il n'y ait eu aucun contact préalable avec les élus des conseils
- sans qu'il ne puisse être évoqué de problèmes particuliers de sécurité
- rendant encore plus difficile voire carrément impossible le maintien
du contact entre personnels de l'université et les étudiants
- rendant improbable l'ouverture de la bibliothèque pendant toute la
période des vacances.
Il nous semblerait que cela présenterait le risque d'apparaître comme
une sorte de "politique du pire".
Il va de soi que ce courriel n' a peut-être aucun sens dans la mesure où
les inquiétudes ici relayées ne reposent à cette heure que sur des
rumeurs dont on sait le peu de fiabilité et le fait que la fermeture est
organisée pour l'après midi en ce moment même.
Recevez, cher collègue, l'expression de nos meilleures salutations

FC
-------------------------------------------------------------------------
Suite au blocage de l'Université décidée hier en AG des étudiants, une
AG s'est tenue aujourd'hui dans le hall.
Le maintien du blocage a été voté et l'appel fait de se rendre à des
points de rv sur Paris pour participer aux actions décidées par la
coordination des étudiants (blocage de routes et voies ferrovaires).
Pour demain vendredi a été voté un blocage filtrant ou blocage tout
court, selon ce que nous avons compris les uns ou les autres...
Une AG des personnels s'est tenue dans la foulée :
- vote pour la reconduction de la grève : 84 pour, 1 contre, 13 abstentions
- appel à des réunions d'UFR pour la journée du vendredi avec
discussions sur les modalités d'évaluation du semestre pour les étudiants
- RV est donné pour des réunions dans les UFR à la rentrée le 24 avril,
suivies d'une AG à 13h
Ce matin à notre arrivée à la fac, le comité de grève étudiant avait
bloqué les portes au-delà du hall.
Suite à une AG qui a suivi, les étudiants ont décidé à une large
majorité de voter la grève aujourd'hui et demain :
* aujourd'hui pour débattre avec les étudiants d'abord, puis pour aller
soutenir les lycéens du lycée voisin menacés par les forces de l'ordre,
enfin pour partir en initiative dans Paris (gare Saint-Lazare)
* demain pour faire des "barrages filtrants" (si j'ai bien compris,
parce qu'il n'y avait pas de sono et je ne suis pas sur à 100% de mon
audition...) permettant que les cours ne se tiennent pas mais pour
inviter à des AG par UFR.
Pendant que le plus grand nombre des étudiants étaient partis aider les
lycéens, les personnels se sont retrouvés en AG dans le hall.
Après échange il est ressorti :
* que l'idée première (depuis lundi) de renouer le contact avec les
étudiants veille de vacances afin de ne pas les perdre pouvait être
réactualisée en fonction des circonstances nouvelles (après cette AG de
personnels, plusieurs "forums pédagogiques" improvisés se sont tenus
dans le hall où les enseignants présents ont échangés avec les étudiants
de leurs cours sur la situation comme sur la suite des événements, sur
les modalités envisagées pour la suite des cours et des évaluations, etc.)
* que la proposition de l'AG d'hier de faire de Paris 8 un lieu
d'accueil de l'inter-fac parisienne n'était aps une bonne idée faute de
forces pour que cela se réalise dans de bonnes conditions
* que nous demandions à ce que la bibliothèque reste ouverte pour les
étudiants
* que l'AG des personnels appelle à a grève aujourd'hui et demain (pour
organiser les AG par UFR).
*Ce dernier point, d 'appel à la grève, a fait l'objet d'un vote : 84
pour ; 1 contre ; 13 absententions*
*ATTENTION : les deux mails du président de
l'université datés d'aujourd'hui, l'un de début d'après midi, l'autre de
fin d'après-midi, qui contredisent certaines décisions des Assemblées
Générales : à lire attentivement ! ! ! *

Jeudi 6 avril : La fac est bloquée par les étudiants.
AG des personnels dans le hall bibliothèque :
reconduction de la grève active par 84 pour, 1 contre
et 13 abstentions (essentiellement personnels de la
bibliothèque dont l'AG d'hier a voté la reprise du
travail = la bib devrait être ouverte pendant les
vacances)
Action inter-fac Gare Saint-Lazare 14h30

mercredi, avril 05, 2006

En conséquence des textes adoptés ce matin 5 avril, une nouvelle AG se tiendra demain à 10h30.
Un débat a eu lieu sur le vote de la reconduction. Personne ne s'est
prononcé contre parmi les personnels présents. En revanche certains
ont fait part de leur doute quant à l'opportunité de voter sur ce
point à la veille des vacances et ont préféré s'abstenir.
Texte 1
Les personnels de Paris 8, réunis en AG ce 5 avril, au lendemain de la
journée massive de grève et de manifestation, réaffirment leur
détermination à obtenir l'abrogation du CPE. L'Assemblée générale
s'adresse aux organisations syndicales pour leur demander de rester
unies dans la demande d'abrogation du CPE.
Plus généralement, ils réaffirment leur opposition non seulement au
caractère discriminatoire des mesures à l'égard des jeunes contenues
dans la loi dite de l'égalité des chances et la déconstruction des
garanties liées au code du travail qu'implique le CNE.
Ils réaffirment toute leur disponibilité pour les actions à mener et qui
seront décidées en commun avec les étudiants pour maintenir une
mobilisation d'ampleur dans une situation où aucune garantie n'existe
encore que le CPE soit abrogé.
Les personnels réaffirment leur engagement aux côtés des étudiants pour
prendre les initiatives nécessaires au maintien de la mobilisation
(forums, débats, manifestations, blocages routiers, etc). Ils adoptent
la reconduction de la grève active sur le site de l'université. Ils
décident de maintenir la tenue régulière d'assemblées générales.

Ils appellent d'emblée à une grande assemblée générale
des personnels dès le lundi de la rentrée (24 avril) à 13 heures et
à faire fonctionner les réseaux utiles pour permettre la participation
aux initiatives qui seraient prises pendant la période des vacances.


La phrase : « Ils adoptent la reconduction de la grève active sur le
site de l'université. » a été adoptée par 70 pour et une quinzaine
d'abstentions. Le reste du texte a été votée avec environ 80 pour et
une dizaine d'abstentions.
Texte 2
Les personnels s'adressent aux étudiants pour leur garantir qu'ils ne
seront pas pénalisés dans leurs études par cette mobilisation
exceptionnelle et qu'ils prendront les dispositions nécessaires pour
que tous les étudiants soient traités à égalité.
Ces dispositions pourront se décliner autour de trois directions :
- un aménagement du calendrier universitaire notamment dans le courant
du mois de juin
- un aménagement des contenus donnant lieu à évaluation tout en
garantissant la qualité de ce qui sera évalué dans le cadre des EC
(modules transversaux, mutualisation entre enseignants de certaines
parties communes d'enseignement, travaux personnalisés, etc)
- une disponibilité à l'égard des étudiants notamment dans le cadre de
permanences et de suivis personnalisés
Ces différentes hypothèses seront examinées et adaptées dans chacun des
UFR et départements sur la base de réunions tenues avec les étudiants.
Texte adopté à l’unanimité moins 5-6 abstentions une partie des
personnels IATOSS ayant fait remarquer que ce texte concernait
essentiellement les enseignants.
Texte 3
A l'heure où le gouvernement s'obstine dans le refus de prendre
réellement et pleinement en considération la demande largement
majoritaire dans l'opinion d'un rejet du CPE, faisant preuve ainsi d'une
violence très importante, le gouvernement, avec l'aide des médias, tente
de présenter une image du mouvement dans lequel il y aurait les "bons"
étudiants, manifestants sages, et de méchants casseurs, fauteurs de
troubles et de violences. Ce cliché tente de faire oublier que les uns
et les autres subissent à des titres divers la violence de l'Etat qui
organise la précarité et soumet la jeunesse des quartiers populaires à
un harcèlement policier quotidien. Nous ne laisserons pas les pratiques
de la prédation et d'agressions envers les manifestations que nous
n'acceptons pas, devenir un prétexte pour approuver les violences
policières au sein et à l'encontre des manifestations. Les formes
diverses de la violence qui peuvent traverser aujourd'hui le mouvement
sont le plus souvent l'expression de l'ampleur des enjeux noués
symboliquement et concrètement autour de la question du CPE. Nous
refusons l'hypocrisie qui consisterait à reconnaître la légitimité d'une
seule partie de la jeunesse en colère, et à se désintéresser - au nom
d'une condamnation sans appel d'une violence souvent insupportable -
d'une autre partie de celle-ci dont les formes de révolte seraient
inexplicables.
En conséquence, au moment où se multiplient les procès à la sauvette de
jeunes pris un peu par hasard dans les mailles bien arbitraires d'un
filet policier, nous appelons à la levée des sanctions et des poursuites
judicaires de tous ceux condamnés dans le cadre des manifestations de la
mobilisation anti-CPE et réitérons notre exigence d'une abrogation
immédiate de cette mesure. Nous soutenons à cet effet les rassemblements
devant les tribunaux à l'encontre des procès actuellement en cours.
A l'unanimité


Dans le cadre du cycle de débats organisés autour du conflit anti-CPE, le
département de sciences politiques de l’université Paris 8 vous convie à
une réunion-débat entre journalistes, étudiants et personnel de
l'université :
« LE TRAITEMENT MEDIATIQUE DU MOUVEMENT ANTI-CPE »
Le débat se tiendra vendredi prochain (7 Avril) de 15h à 18h en salle C
105. Plusieurs journalistes ayant publié des reportages sur les
manifestations anti-CPE ont accepté de participer au débat :
- Raphaëlle Bacqué (Le Monde)
- Didier Arnaud (Libération)
- Marie-Joelle Gros (Libération)
- Lenaïg Bredoux (Libération)
- Marie-Christine Tabet (Le Figaro)
Journalistes et enseignants répondront à vos questions et apporteront des
éclaircissement sur la fabrication de l'information. La réussite de ce
débat dépendant en grande partie de son audience, votre présence est
vivement souhaitée. Nous vous conseillons également, afin de préparer le
débat dans les meilleures conditions, de consulter les médias dès
aujourd'hui pour observer la manière dont les journalistes rendent compte
de la manifestation d'hier.

mardi, avril 04, 2006

Belle manif, beau cortège de P8, beau soleil....
Mais vous y étiez tous.
Après le Pére précaire, l'extra-terrestre, Tata QuiPique
avec ses carottes pommes de terre épinards, l'homme de Cro-magnon
est venu nous apporter son réconfort.. Qu'est ce qui nous attend demain ?
Quelques infos ci-dessous.
Débat compliqué à mener demain : devant une telle force de mobilisation,
mais qui ne s'appuie pas sur le développement d'une grève reconductible
hors lycées et universités, devant la difficulté à concevoir que nous
puissions en rester à une succession de journées d'action mais en même
temps un calendrier qui s'allonge sous la pression d'une loi existante
et d'une hypothétique loi à venir, devant la nécessité de poursuivre nos
débats avec les étudiants et les personnels ( ce qui, à voir nos
cortèges grossissants est payant) sans pour autant accepter l'idée d'un
retour à la normale sans garanties, devant la volonté d'une mobilisation
impliquant la masse des personnels et des étudiants et le risque d'une
lassitude d'un nombre important de personnes non directement impliquées
dans la mobilisation, sans compter l'arrivée rapide des vacances,
- as-t-on les moyens d'une grève reconductible effective ( sachant que
ce débat ne se pose pas nécessairement exactement dans les mêmes termes
entre les personnels et les étudiants)
- choisis-t-on d'autres formes de mobilisation mais avec quelles
garanties qu'elles ne signifient pas une façon détournée de "continuer
comme avant ", et donc lesquelles : jonction avec les établissements
scolaires environnants (quelles formes), participation à des
"opérations" coup de poing ou de blocage de points stratégiques,
organisation de lieux de débats dans l'amphi X au delà des AG,
développements d'initiatives dans les départements autour de modules
transversaux, de séances co-animées par plusieurs enseignants sur des
thématiques liées au mouvement social, etc
- se donne t-on d'ores et déjà un rendez vous dès le lundi de la rentrée
Le pire serait de décider par son absence....
A demain donc
PARIS, 4 avr 2006 (AFP) - Les manifestations mardi en France contre le CPE
(contrat première embauche) ont rassemblé entre 1.028.000 personnes
selon la police et 3,1 millions selon les syndicats.
Le 28 mars, la police avait dénombré dans toute la France 1.055.000
manifestants, les syndicats trois millions.
Voici la liste des manifestations les plus importantes de ce mardi:
+ chiffre supérieur au 28 mars
- chiffre inférieur au 28 mars
= chiffre identique au 28 mars
Police Syndicats
Paris 84.000 - 700.000 =
Nantes 52.000 + 100.000 +
Bordeaux 45.000 + 120.000 +
Marseille 35.000 + 250.000 =
Grenoble 28.000 + 60.000 =
Nancy 26.000 + 52.000 +
Toulouse 35.000 - 90.000 +
Rennes 22.000 - 50.000 =
Montpellier 21.000 - 45.000 =
Caen 17.000 - 40.000 +
Lille 16.000 - 45.000 -
Lyon 15.000 - 45.000 +
Avignon 15.000 + 25.000 =
Rouen 15.000 - 40.000 =
Angers 15.000 + 17.000 +
Clermont-Ferrand 13.500 - 50.000 =
Amiens 13.000 - 25.000 +
Brest 13.000 - 30.000 =
Dijon 12.000 + 15.000 +
Lorient 11.500 + 28.000 +
Saint-Brieuc 11.400 - 30.000 =
Saint-Nazaire 11.000 + 25.000 =
Valence 11.000 - 15.000 -
Limoges 10.500 - 31.000 -
Toulon 10.000 - 25.000 +
Le Mans 10.000 = 35.000 +
Roanne 10.000 + 30.000 +
Le Havre 10.000 - 25.000 =
Tours 10.000 = 20.000 +
Nice 9.500 + 25.000 +
Cherbourg 9.000 + 12.000 +
Nîmes 9.000 - 25.000 -
Quimper 8.500 = 15.000 -
Angoulême 8.500 + 20.000 =
Bayonne 8.000 + 13.000 +
Orléans 8.000 + 20.000 +
Perpignan 8.000 - 20.000 +
Albi 8.000 + 18.000 +
Metz 8.000 - 8.000 -
Annecy 8.000 + 12.000 -
Poitiers 8.000 - 25.000 =
La Rochelle 7.700 - 12.000 +
Strasbourg 7.100 - 20.000 =
Le Puy-en-Velay 7.000 - 17.000 +
Besançon 7.000 = 10.000 =
Saint-Etienne 6.800 - 35.000 +
Tarbes 6.500 - 12.500 -
Niort 6.500 + 10.000 =
Chalon-sur-Saône 6.200 = 10.000 +
Valenciennes 6.000 + 12.000 +
Chambéry 6.000 = 15.000 +
La Roche-sur-Yon 6.000 = 10.000 =
Nevers 6.000 = 10.000 +
Vannes 5.600 + 12.000 =
Bourges 5.200 + 7.000 +
Reims 5.000 - 16.000 +
Lannion 5.000 - 8.000 =
Arras 4.500 - 16.000 +
Morlaix 4.500 = 6.000 +
Châteauroux 4.200 - 5.500 -
Mont-de-Marsan 4.000 - 10.000 +
Foix 4.000 + 8.000 +
Brive-la-Gaillarde 4.000 + 12.000 +
Agen 4.000 - 7.000 =
bur-cca/jba/mic


Social-emploi-éducation-CPE-jeunes-manifestations,LEAD
Plus d'un million de manifestants anti-CPE en France (ministère
Intérieur)
PARIS, 4 avr 2006 (AFP) - 1.028.000 personnes ont manifesté mardi en
France contre le CPE, dont 84.000 à Paris, selon un décompte définitif
communiqué par le ministère de l'Intérieur.
Sur ce total, 84.000 ont défilé à Paris et 944.000 en province, dans
257 villes, a-t-on précisé de même source.
De source syndicale en revanche, on revendiquait mardi 700.000
manifestants à Paris et plus de trois millions dans toute la France.
Le 28 mars, lors de la plus importante mobilisation depuis le début du
mouvement anti-CPE, 1.055.000 personnes, dont 92.000 à Paris, avaient
été recensées par le ministère de l'Intérieur dans son décompte définitif.
Le 23 mars, 220.000 personnes, principalement des étudiants et des
lycéens avaient manifesté en France, dont 23.000 à Paris, selon la même
source.
Le 18 mars, 503.600 personnes, dont 80.000 à Paris, avaient été
recensées par le ministère de l'Intérieur.
Le 16 mars, 247.500 personnes, dont 33.000 à Paris, principalement des
étudiants et des lycéens, avaient manifesté en France contre le contrat
première embauche (CPE), selon la police.
Le 7 mars, la direction générale de la police nationale (DGPN) avait
dénombré 396.000 manifestants, dont 46.000 à Paris.
Lors de la première journée d'action, le 7 février, les autorités
avaient fait état de 218.700 manifestants.


Social-Emploi-Education-jeunes-CPE-grève
CPE: des établissements d'Ile-de-France appellent à la grève
reconductible
BOBIGNY, 4 avr 2006 (AFP) - Des représentants des enseignants de 68
écoles, collèges et lycées d'Ile-de-France, majoritairement de
Seine-Saint-Denis, ont appelé mardi à la grève reconductible, et
poussent les syndicats à prôner la grève générale pour lutter contre le
contrat première embauche (CPE).
"L'assemblée générale du 93 élargie appelle l'ensemble des
établissements à décider en assemblée générale de rejoindre dès mercredi
la grève reconductible", indiquent dans un communiqué les professeurs de
32 collèges, 18 lycées et 18 écoles.
L'assemblée générale, qui ne devait initialement réunir que des
établissements de Seine-Saint-Denis, a attiré à la Bourse du travail à
Paris des personnels d'établissements parisiens et de proche banlieue
(92, 94 et 95), a précisé à l'AFP l'un des participants.
L'assemblée demande également aux confédérations et aux fédérations
syndicales "d'appeler immédiatement à la grève générale et à une
manifestation devant l'Assemblée nationale", comme l'a souhaité dimanche
la coordination nationale étudiante et lycéenne réunie à
Villeneuve-d'Ascq (Nord).
Voté par 101 voix pour et 13 abstentions, et soutenu par les syndicats
présents (CGT, CNT, Snes et Sud Education), l'appel souhaite l'extension
de la grève pour "gagner sur le retrait du CPE, du CNE, de la loi sur
l'égalité des chances, et sur les revendications pour une éducation
vraiment égalitaire".


Quelques nouvelles des départements :
Sciences PO :

Séances dispensées par les Enseignants du Département de Science
politique dans le cadre du Mouvement contre le CPE
(Grève active du Département)
du 04/04 au 07/04
SEANCES OUVERTES A TOUS LES PARTICIPANTS
LA SEANCE DU VENDREDI MATIN AURA LIEU A 10 HEURES
(et non à 9h comme
indiqué précédemment).
Vendredi 07/04, 10h: Genre et militantisme,
Animé par C.Achin
Salle: A213 ou A216

UFR 4
(courrier adressé aux enseignants de l'UFR4 suite au travail effectué
ces derniers temps pour garder une activité intellectuelle extraordinaire
en
situation extraordinaire!!! détail sur le groupe de liaison de l'UFR4
sur le blog paris8agora.over-blog.com)
Bonsoir à tous,
quelques modifications qui concernent le regroupement de deux modules du
mercredi 5 avril (15h-18h) et l'ajout d'un participant au module du
jeudi soir.
Les premiers modules se sont déroulés et selon les derniers retours
quant à cette tentative pour conserver une activité intellectuelle
durant ces périodes de troubles, nous pouvons enregistrer une
participation allant de 15 à 20 personnes par module. Les personnes
ayant animé ces modules ont un regard assez positif sur ce qui s'y est
passé.
Nous comptons sur vous pour nous communiquer les différentes impressions
sur le déroulement de vos propres interventions.
Voilà, le programme des modules a été mis à jour sur le blog créé pour
l'UFR4 paris8agora.over-blog.com
n'hésitez pas à donner ce lien aux différents étudiants dont vous avez
les coordonnées et à faire passer le mot pour que cela soit accessible
au plus grand nombre,
(nous ne pourrons actualiser l'affichage dans nos bâtiments que mercredi
5 Avril un peu avant 9h)
toujours à l'écoute,
le groupe de liaison de l'UFR4 :groupedeliaisonufr4@gmail.com

Eco-AES :
La semaine est consacrée à accueillir les étudiants aux heures normales
de cours pour faire le point sur la validation des cours et les
ajustements prévus pour la validation.
Evidemment, cette dipsosition est d'application variable. Certains en
profiteront pour faire cours comme si de rien n'était, d'autres
l'appelleront séance de travail, etc Donc situation un peu "entredeux",
mais dans l'ensemble, la solidarité avec la mobilisation est partagée
avec évidemment participation à la journée du 4.

Paris 8 :
La présidence relaie une demande émanant du ministère conernant la
validation.
Peut-être serait-il utile que nous envisagions une réponse convergente
et collective sur ce point.

lundi, avril 03, 2006

Les rendez-vous de Paris 8 : MANIF 4 avril:
- 11 h meeting inter professionnel devant la mairie de St Denis puis cortège jusque devant la bourse du travail pour départ groupé pour la
manifestation (10 cars prévus)
ou
- Rendez vous directement à 14h M° St Sébastien Froissart,
angle bd des Filles du calvaire et rue Froissart

Départ de la Manifestation 14h30 Place de la République,
Arrivée place d'Italie via Bastille.

Lundi 3 avril AG étudiants, personnels IATOS et enseignants :
reconduction de la grève votée à la majorité des présents (trop nombreux
pour être comptés), 9 voix contre et 10 abstentions
Mercredi 5 Avril : AG 10h AMPHI X

dimanche, avril 02, 2006

J.O n° 79 du 2 avril 2006 page 4950

Appel de la Coordination Etudiants Lyceens
Appel de la Coordination des personnels
Loi au JO